Animaux de nos forêts

Le jardin des chamois

L’été est déjà derrière nous et les températures au matin sont déjà beaucoup plus fraîches. Est-ce la raison du retour de la harde de chamois ? Depuis le mois de mai, je m’étais fixé l’idée d’aller observer les nouveaux-nés de cette année. Cependant et depuis plusieurs mois, la harde avait déserté les lieux.

Etait-ce dû à la chaleur de l’été, à des travaux effectués dans le périmètre ou tout simplement à de nouvelles habitudes prises pour la saison ? L’année dernière, j’avais eu cette chance de pouvoir les observer quasiment tous les jours et de suivre leur évolution. Cette année tout le contraire, difficile de les observer, peu de présence dans le jardin et un esprit très craintif. C’est encore une fois, la constatation qu’avec la nature tout est éphémère et rien n’est acquis.

Ces derniers temps, quelques apparitions de chamois me font espérer de pouvoir les observer prochainement dans de bonnes conditions. Les retrouvailles sont timides et mes tentatives restent vaines.

Depuis deux jours, ils me tolèrent à nouveau sur leur territoire. Ils doivent certainement observer mon arrivée de loin. Après un laps de temps en solo, je les vois apparaître depuis derrière un feuillus ou du fond de la forêt. Ils s’approchent mais restent toujours vigilants et craintifs. Pas de jeunes à l’horizon, ils doivent encore être avec le reste de la harde. Seulement 4 à 5 individus comparés à plus d’une quinzaine l’année dernière.

J’imagine que leurs habitudes saisonnières évoluent et c’est pour cette raison qu’ils ne sont pas encore au complet dans leur champs. Je vais donc continuer à les observer et espérer que le lynx ou un autre prédateur n’aura pas fait trop de victimes dans la harde.

L’endroit de la rencontre reste féérique pour moi et il existe tellement de recoin, qu’ils peuvent surgir de partout. Cette fois-ci, il sont venus s’installer près de mon affût et j’ai pu les observer durant plus de deux heures. Des proximités et de nouveaux souvenirs pleins la tête.