Les cabris grandissent

Il y a un mois, j’avais écrit un article sur la harde de chamois qui occupent régulièrement un champ proche de mon domicile. Ces derniers jours, j’ai profité d’une météo très changeante pour faire des excursions dans les alentours.

Le Jardin

J’avoue que je suis toujours ravi de constater que la faune est partout à qui sait s’en intéresser. Pour débuter la semaine, j’ai constaté qu’un couple de rouge-queue faisait des allers-et-retours avec dans le bec de nombreux insectes. En conservant une limite de sécurité pour ne pas les déranger, j’ai découvert qu’une nichée de trois oisillons attendaient sagement leur nourriture. Le nourrissage continue jour après jour et j’espère que tout prochainement, je pourrais observer leurs premiers envols.

Ces derniers jours, une invitée surprise s’est également fait plaisir en se délectant des côtes bettes et plantes de notre jardin. Il s’agit de la chevrette, femelle du chevreuil, qui s’est retrouvée en pleine journée à scruter les pousses qui pourraient lui convenir. Il est toutefois assez rare de pouvoir l’observer en milieu de journée mais je suppose qu’elle apprécie le calme environnant.

Les environs

Les chamois sont eux toujours présents dans les alentours et conservent leurs habitudes et leurs horaires. J’ai donc profité de les rejoindre et de passer un peu de temps en leur compagnie. Trois cabris font partie de cette harde et aujourd’hui, j’ai constaté que leurs cornes apparaissaient. Après tout juste un mois, je vois déjà leur belle évolution et leur émancipation. Ils s’éloignent de plus en plus de leurs mères mais y reviennent rapidement en cas de bruit bizarres ou tout simplement pour les tétées.

Les chèvres scrutent en permanence les alentours pour repérer les éventuels dangers et restent souvent à l’orée de la forêt dans le sous-bois. A contrario, les boucs préfèrent les champs découverts à quelques centaines de mètres de là. Ils sont parfois accompagnés par les jeunes éterlous de l’année dernière qui prennent certainement exemple sur les anciens.

Pouvoir observer cette grande famille dans les environs est un pur bonheur et un privilège unique de pouvoir suivre l’évolution de ces jeunes chamois. 

One Reply to “Les cabris grandissent”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code