L’hirondelle rustique

Nom scientifique : Hirundo rustica

On la voit dans notre ciel dès le mois de mars, on dit que c’est l’annonceur du printemps, du renouveau après l’hiver. Elles migrent en Suisse après avoir passé un hiver au chaud en milieu tropical ou equatorial.

C’est une espèce que l’on appelle grégaire (qui vit en bandes) et que l’on peut voir virevolter essentiellement dans des grands espaces, telles que terres agricoles. C’est un oiseau qui ne craint pas l’homme et qui niche souvent à sa proximité. Elles trouvent leur nid sur ou dans des étables ou des fermes. On observe également de plus en plus de nichoirs artificiels pour leur faciliter leur migration.

Les hirondelles se nourrissent essentiellement d’insectes attrapés en plein vol. Son terrain de chasse est donc essentiellement lié à la prolifération d’insectes volants.

En cette période fraîche et pluvieuse, les insectes volants sont moins nombreux. L’hirondelle doit chercher un nouveau terrain et apprécie de chasser au-dessus de l’eau où l’entomofaune est plus abondante.

En les observant un moment, vous verrez qu’elles ne se reposent jamais et que leurs vols sont rapides et qu’elles changent de trajectoires aussi souvent que vous respirez. C’est donc un oiseau très beau à observer mais difficile à prendre en photo.

J’ai jonglé pendant de longues minutes avec mes réglages, la mise au point, et le cadrage. Difficile de trouver la bonne combinaison en rapidité, et lumière. Les photographies en rafales m’ont naturellement aidé dans cette tâche. Avec les apparitions fortuites d’un rayon de soleil, tout était à recommencer. J’ai également cherché divers points de vue à différentes hauteurs, pour tenter de capter ces hirondelles en vol. Sur de nombreuses photographies, on ne voit que son ombre voire que l’eau et quand elle apparaît dans le cadre, la mise au point ne s’est pas faîte au bon endroit. La persévérance et la patience paient, il est donc important d’y croire. 

C’est la deuxième fois que je photographie l’hirondelle rustique, il ne me reste plus qu’à tenter ma chance avec l’hirondelle de fenêtre, l’hirondelle de rivage et hirondelle de rocher qui nichent également en Suisse en cette période.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code