Le brame du cerf

En cette période automnale, les premières giboulées de neige sont venues teinter de blanc la parade du cerf elaphe.
Ce mammifère est le plus grand cervidé de nos forêts et sa prestance est impressionnante. De nature très craintive, il reste le plus souvent caché dans sa forêt et fuit les hommes. Il est donc assez rare de le croiser.

Cependant en cette période de rut, le cerf diminue sa garde et met la priorité sur la reproduction de la future génération.
Pour appeler ses belles ou intimider les autres mâles, il va pousser des braillements assez rauques qui vont résonner dans l’ensemble de la forêt. Ce cri puissant s’appelle le brame.
On peut également entendre des bruits assourdissants de bois qui se cognent et qui confirme un combat entre mâles.

Cette période est cruciale dans le cycle de reproduction de l’espèce car les biches sont fertiles uniquement un jour dans l’année.
Le cérémonial de la séduction peut durer plusieurs heures mais pourra s’interrompre de suite en cas de dérangement. Il est donc extrêmement important de respecter cette période et d’éviter de l’importuner avec des déplacements, des odeurs ou des bruits qui modifieront son comportement.
Pendant le brame, le mâle peut perdre jusqu’à 20% de son poids car il matera beaucoup moins et fournira des efforts conséquents pour séduire ses biches.

Il est donc primordial de bien connaître ses habitudes, les endroits à éviter et de respecter la nature. L’affût est donc l’alternative pour profiter de ce spectacle en essayant de déranger le moins possible. Les nombreux repérages en amont permettront de connaître les chemins suivis par l’espèce et de se familiariser avec son habitat.

Les mâles sont principalement reconnaissable à leur bois.
À partir de neuf mois, ils commencent à pousser. À un an, ils sont visibles et le mâle est alors appelé daguet.
Chaque année, les bois vont tomber et repousser en cours de l’été. Une enveloppe de velours nourricière et irriguée de sang, assure leur croissance.
Fin juillet, le velours tombe. Pour les dépouiller totalement puis les aiguiser en vue des prochains combats, le cerf va « frayer » en les frottant de façon répétitive aux arbres.

A contrario du chamois, la taille des bois ne devoile pas l’âge du cerf.
Leur taille reflète plutôt la qualité de l’habitat et la génétique de l’animal.
Le nombre total de pointes/andouillers varient entre 10, 14, 16, parfois plus. Chez les cerfs de plus de 10 ans, le nombre de cors diminue.

Quelle chance d’avoir pu observer ce gigantesque mammifère de nos forêts. Depuis plusieurs mois, je me préparais à la découverte de cette parade nuptiale et avait anticipé de nombreux éléments pour tenter de ne rien manquer.

Cette année la météo et les température basse auront naturellement modifier mes plans et les rencontres auront été moins fréquentes que voulues mais leur intensité aura dépassé mes attentes.


2 Replies to “Le brame du cerf”

  1. Splendide !
    J’aime lire les articles de Zoom Nature et particulièrement celui-ci. Merci !
    La lecture est intéressante (passionnante même), rapide, les photos font rêver et je suis transportée. Merci de marcher ces kilomètres pour nous et de nous prendre, en quelques sortes, dans le sac à dos 😉

    1. Un tout grand merci pour ce magnifique commentaire !
      Ça résume l’essence même de ZOOM-NATURE; le partage et le bonheur sont essentiels.
      La vie est un cadeau alors profitons de ces bons moments.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code